Festival Blues sur Seine

Imprimer Bookmark and Share

La danse blues, c'est quoi ?

Très en vogue dans les années 20, pratiquée en couple, la danse blues est une danse dite sociale, c'est à dire destinée à être pratiquée en improvisation dans les soirées. Plus libre que le tango, plus sensuelle que le swing, elle est basée sur une importante notion de connexion avec son partenaire, où le partage  et l'émotion de la musique guide les danseurs.

 

Si le blues est né dans le champs de coton, c'est bien dans l'enceinte mal famée et hostile des juke-joints du Mississippi qu'il se jouera. C'est ici, dans ces épiceries et bars transformés en "boites de nuit" d'un soir que se rassemble la population noire des Etats-Unis. Les bluesmen s'y succèdent et on y vient pour faire la fête, en un mot : danser !


Le blues a donc toujours été une musique faite pour la danse.
Il est d'ailleurs surprenant d'apprendre que le mot blues était originellement définit comme un style de danse avant d'être défini comme un style de musique (1).


C'est donc tout naturellement aux mouvements et aux rythmes africains que la danse blues fait d'abord référence. Pratiquée en couple dans l'exigüité des juke-joints, elle revêtira très vite une connotation intimiste et sensuelle, sans doute l'une de ses principales caractéristiques. A l'image de sa musique, la danse blues laisse une grande part à l'improvisation et à la liberté d'expression : le coté émotionnel est primordial, les sensations procurées par le blues (intensité, nuances, émotions, sensualité, tension, relâchement...) doivent guider le danseur. C'est pourquoi il existe autant de danse blues que de styles de blues.


Enfin, à l'inverse des danses de couple traditionnelles comme le tango, la danse blues peut être alternativement conduite par l'homme ou la femme, changeant ainsi les rapports traditionnels de couples dans la danse. Le blues peut donc être tout autant dansé entre deux hommes ou deux femmes.

 

Les principes de base :

  • la connexion entre soi, le partenaire et la musique
  • l'improvisation
  • un changement continu du poids du corps
  • une position fermée ou semi-ouverte
  • une danse de couple conduite par l'homme ou la femme
  • peu d'acquis techniques ou chorégraphiques nécessaires

 

Plus d'informations : www.bluesdelirium.com
5 raisons de danser le blues (en anglais)

 

 

 

 

(1) En 1928, le mot blues fait son apparition dans le Larousse sous la défition suivante : "Une variété de fox-trot". La définition du mot fox-trot dans le PLI de 1980 précise : "Danse américaine très en vogue vers 1920".

SOURCES :

"Le P.L.I est-il pris ? ou le blues du Petit Larousse Illustré" par Jean-Paul Levet, ABS Magazine, n°37 - d'après Soul Bag n°147

Swingin' in the rain - www.swingin-in-the-rain.com/1-historique-des-danses/10-le-blues.html

Blues Delirium - www.bluesdelirium.com

 


Pensez à vous abonner à la newsletter du festival... et suivez-nous sur Facebook
Adresse e-mail :